top of page

Suture sur le corps de la liberté




Le Centre Pompidou accueille la performance Suture sur le corps de la liberté, imaginée et proposée par Niyaz Azadikhah et Alireza Shojaian, deux artistes iraniens installés à Paris. L’occasion d’affirmer leur solidarité avec le soulèvement iranien débuté voilà plusieurs semaines suite à la mort de la jeune Kurde Mahsa Amini.

Alireza Shojaian a quitté l’Iran en 2016, Niyaz Azadikhah en 2022. Ces deux artistes, l’une en tant qu’artiste femme et l’autre en tant qu’artiste queer, ont créé un projet en solidarité avec leurs compatriotes. Suture sur le corps de la liberté a été imaginé à partir des symboles du mouvement de protestation en Iran : l’affirmation « Femme, vie, liberté » et la mèche de cheveux coupée. Le point de départ de l’œuvre ? Un tissu blanc, sur lequel les artistes ont peint les lettres de l’expression « Femme, vie, liberté », qu’ils emportaient lors des récentes manifestations parisiennes en soutien au peuple iranien. La deuxième phase de leur projet est une performance interactive qui consiste à suturer en silence les lettres du slogan avec du fil rouge et les cheveux de personnes participant à la performance, dont la première partie a eu lieu le dimanche 9 octobre devant le Centre Pompidou.

« En Iran, la tradition de se couper les cheveux à un moment de deuil et de chagrin a toujours existé. Mais après la mort tragique de Mahsa Amini sous les coups de la police des mœurs, se couper les cheveux est devenu un symbole de résistance et d’empathie dans le monde entier. Un acte de solidarité qui donne du pouvoir aux corps et aux âmes blessés dans les rues d’Iran. En tant qu’artiste femme et qu’artiste queer, ayant fui le contrôle patriarcal sur nos corps et nos identités, l’art demeure pour nous notre seul sauveur. Suturer le corps meurtri de la liberté avec des fils et des cheveux, en attachant une variété d’identités à un slogan qui peut apporter le progrès et la libération à une nation. Saisir l’histoire entre les fils et immortaliser le courage d’une nation qui s’est levée pour faire couler le sang dans les veines de la liberté. Femme, vie, liberté. »

2 views0 comments

Comments


bottom of page